Précédent
Suivant

Symfony PHP - 03 Jun 2010

Symfony 2 – L’injection de dépendances

Vincent BOUZERAN
Écrit par Vincent BOUZERAN

Symfony 2 – L’injection de dépendances

Avertissement : Depuis la rédaction de cet article sur l’injection de dépendances, le coeur de Symfony2 a évolué de façon notable, en particulier certaines classes du répertoire DependencyInjection mentionnées dans cet article ont été renommées, révisées, ou refondues. Toutefois, les principes généraux décrits dans cet article restent d’actualité.

dependency injection symfony Symfony 2 Linjection de dépendances

Injection de dépendances

Cet article est le premier d’une série à venir sur Symfony 2. Pour commencer, je vous invite à télécharger la sandbox de Symfony 2. J’ai décidé de commencer par l’injection de dépendances car il s’agit d’un composant clé de Symfony 2, et que la bonne compréhension de cette nouvelle version du Framework doit forcément en passer par là. L’injection de dépendance est réellement au coeur du Framework.

Nous allons commencer par tenter d’éclaircir cette notion (ou ce design pattern), puis nous verrons plus concrètement l’implémentation qui en est faite au sein de Symfony 2. Commençons par une petite définition.

Définition Wikipedia:

L’injection de dépendances (Dependency Injection) est un mécanisme qui permet d’implanter le principe de l’Inversion de contrôle. Il consiste à créer dynamiquement (injecter) les dépendances entre les différentes classes en s’appuyant généralement sur une description (fichier de configuration). Ainsi les dépendances entre composants logiciels ne sont plus exprimées dans le code de manière statique mais déterminées dynamiquement à l’exécution.”

Qu’est ce que l’injection de dépendances ?

En programmation objet, et particulièrement avec les Frameworks, nous sommes souvent amenés à manipuler un grand nombre de classes d’objet différentes. Ces différents objets sont chargés de fournir une fonctionnalité ou un “service”. Dans une application standard, nous serons par exemple amenés à manipuler :

  • Un objet User, supposé représenter l’utilisateur connecté à l’application
  • Un objet Session, pour la gestion de la session de l’utilisateur
  • Un objet Requete, représentant la requête envoyée par un client
  • Un objet Réponse, pour la réponse que l’application va renvoyer
  • Un objet Log, pour pouvoir gérer des logs
  • Un objet Mailer, pour pouvoir envoyer des mails
  • etc …

La nécessité de l’injecteur de dépendances provient, d’une part, du fait que certains de ces objets sont liés entre eux, ou plutôt “dépendants” les uns des autres, d’autre part, que les objets sont de plus en plus découplés et scindés en classes bien particulières. Par exemple, le service “Mailer” utilisera peut être le service “Log” pour enregistrer les mails qui sont envoyés par l’application.

L’idée de l’injection de dépendances est d’utiliser un fichier de configuration pour auto-générer une classe (un “container”) qui contiendra des méthodes nous permettant d’accéder à ces services ; elle contiendra l’initialisation des services (via l’instanciation de la classe qui les représente), gérera les dépendances de ces services (via les constructeurs ou l’appel de méthodes), la configuration des services, etc….

Pour illustrer ce concept, voyons un petit exemple.

Imaginons que nous ayons trois services :

  • un mailer (chargé d’envoyer des mails)
  • un logger (chargé d’enregistrer des logs)
  • un router (chargé du routing)

L’injecteur de dépendances pourrait ressembler à quelque chose comme ça :

Fichier de configuration

* Service 'mailer'
- Utiliser la classe 'MonMailer'
- Passer le service 'logger' dans son constructeur
- Appeler la méthode 'initialiser'* Service 'logger'
- Utiliser la classe 'MonLogger'* Service 'routeur'
- Utiliser la classe 'MonRouteur'
- Appeler la méthode 'setLogger' en lui passant le service 'logger' en paramètre

Container généré

<?php
class Container()
{
  public function getServiceMailer()
  {
    $service = new MonMailer($this->getServiceLogger());
    $service->initialiser();
    return $mailer;
  }

  public function getServiceLogger()
  {
    $service = new MonLogger();
    return $service;
  }

  public function getServiceRouteur()
  {
    $service = new MonRouteur();
    $service->setLogger($this->getServiceLogger());
    return $service;
  }
}

L’injection de dépendances permet donc une gestion beaucoup plus claire et souple de ces différents “services”. En modifiant ce fichier de configuration nous pourrions très simplement :

  • Changer la classe utilisée pour représenter un service
  • Ajouter un service
  • Modifier / Ajouter des dépendances

Symfony 1.x et le factories.yml

A l’origine, sous Symfony 1.x, ce qui remplaçait plus ou moins l’injecteur de dépendances était le fichier factories.yml avec comme container l’objet sfContext. Ce fichier était chargé en cache (factories.yml.php) et les différents ‘services’ inclus dans l’objet sfContext au travers de sa propriété factories.

<?php
class sfContext implements ArrayAccess
{
  protected
  $dispatcher = null,
  $configuration = null,
  $mailerConfiguration = array(),
  $factories = array();
    ....
  /**
  * Loads the symfony factories.
  */
  public function loadFactories()
  {
    ....
    // include the factories configuration
    require($this->configuration->getConfigCache()->checkConfig('config/factories.yml'));
    ....
  }
}

Le fichier factories.yml était géré par la classe sfFactoryConfigHandler et aboutissait dans le cache au fichier factories.yml.php qui se contentait d’enrichir le tableau $factories du sfContext.

$class = sfConfig::get('sf_factory_controller', 'sfFrontWebController');
$this->factories['controller'] = new $class($this);
$class = sfConfig::get('sf_factory_request', 'sfWebRequest');
$this->factories['request'] = new $class(...)

Les différents services étaient ensuite accessibles au travers du *sfContext :

<?php
class sfContext implements ArrayAccess
{
  public function getController()
  ....
  public function getRequest()
  ...
}

Symfony 2 et l’injection de dépendances

Nous arrivons maintenant à la partie intéressante: L’implémentation de l’injection de dépendances dans Symfony 2. En premier lieu, je vous conseille vivement la lecture de la documentation de Fabien Potencier dédiée au composant: Symfony Dependency Injection (il s’agit du composant php 5.2, mais la documentation est toujours d’actualité dans le sens où le fonctionnement est identique).

Jetons un oeil aux sources du composant (/sandbox/src/vendor/symfony/src/Symfony/Components/DependencyInjection) :

di folder Symfony 2   Linjection de dépendances

Injection de dépendances

  • Le répertoire *Dumper *va contenir les classes permettant de dumper un Builder sous un format spécifique (Yaml, Xml, PHP, Graphviz).
  • Le répertoire Loader var contenir les classes permettant de charger des BuilderConfiguration à partir de formats spécifiques (Yaml, Xml, Ini)
  • Container est notre classe de base, ie le container qui va contenir les différents services et les paramètres associés.
  • Builder est une classe qui étend Container et qui va permettre d’auto-générer le Container à partir de la configuration, elle va consommer des objets de la classe BuilderConfiguration afin d’enrichir le Container.
  • BuilderConfiguration est la classe qui permet de configurer le Builder. Les objets BuilderConfiguration vont contenir des définitions de services, des ressources nécessaires au fonctionnement des services déclarés, etc…
  • Definition est la classe qui représente la définition d’un service. C’est à partir des objets de cette classe que le builder va pouvoir construire les services.

Le fonctionnement est somme toute assez simple. Les différents loaders vont permettre de générer des objets du type BuilderConfiguration (qui contiendront des objets Definition) qui seront mergés au sein du Builder pour aboutir à notre Container. Les dumpers permettront de faire l’opération inverse, à savoir : générer un fichier de définitions pour les formats Yaml et Xml, un output Graphviz et enfin un objet php Container en ce qui concerne le dumper PHP. Un schéma valant mieux qu’un long discours, on peut synthétiser le fonctionnement comme suit : Note: Le loader de fichiers .ini n’a pas été représenté puisqu’il ne permet que de définir des paramètres.

injection dependances Symfony 2   Linjection de dépendances

Injection de dépendances

Le dumper Graphviz: Ce dumper a pour objectif de générer un dump exploitable par le logiciel Graphviz ; il va nous permettre d’obtenir un graphique représentant nos services et leurs dépendances. *Le cache:* Afin d’accélérer le fonctionnement des applications utilisant l’injection de dépendances, il est évident que les différents fichiers de configuration ne seront pas reparsés à chaque appel. En réalité, le container sera dumpé sous la forme d’une classe PHP et mise en cache.

Attardons nous un peu sur ces fameuses définitions de services qui sont un peu la pierre angulaire de l’injection de dépendances.

Définition d'un service (La classe Definition)
$class Il s'agit de la classe de base représentant le service
$file Eventuel fichier à inclure avant de déclarer le fichier
$constructor Le constructeur de la classe représentant le service
$arguments Les arguments à passer au constructeur
$shared Booléen définissant si le service est partagé (singleton) ou réinstancié quand on y accède
$calls Des éventuelles méthodes et leurs paramètres à appeler après avoir initialisé le service
$annotations Annotations associées au service (nous y reviendrons plus tard)

A partir de ces informations, le builder sera capable de recréer la méthode permettant d’accéder au service. De façon très synthétique et grossière, la définition nous permettrait d’aboutir à une méthode comme ceci:

<?php
public function getServiceXXX()
{
  require $file;
  $service = new $class();
  $service->$constructor($arguments);
  foreach ($calls as $call)
  $service->$call();
  return $service;
}

**Note: **Dans Symfony 2, les bundles de base utilisent le loader XML pour définir leurs services. Le format XML a l’avantage de pouvoir être validé via Components/DependencyInjection/Loader/schema/dic/services/services-1.0.xsd

Exemple de service: le logger du ZendBundle

Dans le répertoire Ressources/config/ du Bundle (** /sandbox/src/vendor/symfony/src/Symfony/Framework/ZendBundle**), on trouve le fichier : logger.xml. Il s’agit de notre fichier de configuration. Notre fichier qui sera chargé par le loader pour enrichir notre container.

<!--?xml version="1.0" ?-->

Symfony\Framework\ZendBundle\Logger\LoggerZend_Log::CRITSymfony\Framework\ZendBundle\Logger\DebugLoggerZend_Log_Writer_StreamZend_Log_Formatter_Simple%%timestamp%% %%priorityName%%: %%message%%

%zend.logger.path%

%zend.formatter.filesystem.format%

%zend.logger.priority%

5 services sont définis: zend.logger, zend.logger.writer.filesystem, zend.formatter.filesystem, zend.logger.writer.debug et zend.logger.filter. Les paramètres sont également définis dans le fichier.

Ces différentes déclaration aboutiront à la création de méthodes de ce type dans le container généré par le Dumper PHP.

<?php
protected function getZend_LoggerService()
{
  if (isset($this->shared['zend.logger']))
  return $this->shared['zend.logger'];

  $instance = new Symfony\Framework\ZendBundle\Logger\Logger();
  $instance->addWriter($this->getZend_Logger_Writer_FilesystemService());
  $instance->addWriter($this->getZend_Logger_Writer_DebugService());

  return $this->shared['zend.logger'] = $instance;
}

protected function getZend_Logger_Writer_FilesystemService()
{
  if (isset($this->shared['zend.logger.writer.filesystem']))
  return $this->shared['zend.logger.writer.filesystem'];

  $instance = new Zend_Log_Writer_Stream($this->getParameter('zend.logger.path'));
  $instance->addFilter($this->getZend_Logger_FilterService());
  $instance->setFormatter($this->getZend_Formatter_FilesystemService());

  return $this->shared['zend.logger.writer.filesystem'] = $instance;
}

protected function getZend_Formatter_FilesystemService()
{
  if (isset($this->shared['zend.formatter.filesystem']))
  return $this->shared['zend.formatter.filesystem'];

  $instance = new Zend_Log_Formatter_Simple($this->getParameter('zend.formatter.filesystem.format'));

  return $this->shared['zend.formatter.filesystem'] = $instance;
}

protected function getZend_Logger_Writer_DebugService()
{
  if (isset($this->shared['zend.logger.writer.debug']))
  return $this->shared['zend.logger.writer.debug'];

  $instance = new Symfony\Framework\ZendBundle\Logger\DebugLogger();
  $instance->addFilter($this->getZend_Logger_FilterService());

  return $this->shared['zend.logger.writer.debug'] = $instance;
}

protected function getZend_Logger_FilterService()
{
  if (isset($this->shared['zend.logger.filter']))
  return $this->shared['zend.logger.filter'];

  $instance = new Zend_Log_Filter_Priority($this->getParameter('zend.logger.priority'));

  return $this->shared['zend.logger.filter'] = $instance;
}

protected function getLoggerService()
{
  return $this->getZend_LoggerService();
}

Comme vous pouvez le constater, une méthode getLoggerService est générée. Cette méthode est générée car un alias a été défini lors de la configuration du builder (ligne 59 du fichier ZendExtension.php).

<?php
$configuration->setAlias('logger', 'zend.logger');

Les annotations

Les annotations permettent de rajouter des propriétés à un service. Ces annotations ne sont pas exploitées directement par l’injecteur de dépendances mais par des composants tierces. Une annotation possède un nom et des attributs. Par exemple, dans le fichier de définitions: Framework/WebBundle/Resources/config/web.xml, on trouve la définition suivante sur le service request_parser:

Cette définition rajoute donc une annotation “kernel.listener” sur le service request_parser avec comme attributs event et method. Dans l’exemple précédent, le Kernel se servira de cette annotation pour définir le service en tant qu’écouteur (listener) sur l’event “core.request” (nous y reviendrons dans le prochain article).

Les extensions :

Lorsque les différents Bundles vont définir leurs services, ceux-ci ne seront pas directement chargés dans la configuration du Builder global. Au lieu de ça, les Bundles vont définir des extensions. Les extensions ne sont qu’un wrapper permettant de charger la configuration d’un bundle “à la demande”. Les extensions vont permettre de mieux organiser les différents services. Pour expliquer le fonctionnement des extensions, nous allons étudier le Bundle Web (Framework/WebBundle).

Le fichier Bundle.php du WebBundle ressemble à ceci:

<?php
class Bundle extends BaseBundle
{
  public function buildContainer(ContainerInterface $container)
  {
    Loader::registerExtension(new WebExtension());
    ....
  }
}

La méthode buildContainer() définie sur chaque Bundle permet d’indiquer au Kernel comment configurer le Container pour ce Bundle. Ici, le Bundle va se contenter de déclarer une extension sur le loader. Il enregistre donc l’extension WebExtension dans le loader. Voyons maintenant le fichier WebExtension.php

<?php
class WebExtension extends LoaderExtension
{
  protected $resources = array(
  'templating'=> 'templating.xml',
  'web' => 'web.xml',
  'debug' => 'debug.xml',
  'user' => 'user.xml',
  );

  public function webLoad($config)
  {
    $configuration = new BuilderConfiguration();

    $loader = new XmlFileLoader(__DIR__.'/../Resources/config');
    $configuration->merge($loader->load($this->resources['web']));

    return $configuration;
  }

  public function userLoad($config)
  {....}

  public function templatingLoad($config)
  {....}

  public function debugLoad($config)
  {....}
  ...
  public function getAlias()
  {
    return 'web';
  }
}

On voit que les extensions permettent de charger des configurations de Builder un peu différemment. Dans les différents fichiers de configuration manipulés, quel que soit le format du loader utilisé, on se contente de déclarer des services. Cependant, il faut savoir qu’il est également possible de charger et configurer des extensions ainsi définies. Ce qu’on trouve en général dans les fichiers config.yml / config_dev.yml / config_prod.yml d’une application utilise principalement la déclaration des extensions prédéfinies par les Bundles et ne déclare pas de nouveaux services. Exemple:

kernel.config: ~
web.web: ~
web.templating: ~
web.debug:
exception: %kernel.debug%
toolbar: %kernel.debug%
zend.logger:
priority: info
path: %kernel.root_dir%/logs/%kernel.environment%.log
swift.mailer:
transport: gmail

Dans ce fichier de configuration, seules des extensions sont déclarées. A noter que si une extension n’est pas déclarée dans le fichier de configuration d’un Container, ses services ne seront pas inclus dans le Container final. Le but des extensions est de fournir une méthode plus “propre” pour déclarer ses services, mais le fonctionnement reste identique, les Bundles vont déclarer des services comme vu précédemment, les extensions ne fournissant qu’un moyen de charger ou configurer ces déclarations.

Mise en pratique

Afin de bien comprendre le fonctionnement, je vous propose une petite mise en pratique au travers de quelques exemples. Les exemples seront basés sur la sandbox proposée sur le site de Symfony 2 et l’application Hello World !

Au niveau de la sandbox, les fichiers de configuration du Builder sont : config.yml, config_dev.yml et config_prod.yml. La méthode qui va charger ces fichiers est la méthode registerContainerConfiguration() de la classe HelloKernel. Nous allons travailler dans le cadre de nos exemples sur l’environnement de production. Le Container final généré se trouve dans le cache hello/cache/prod/helloProjectContainer.php

<?php
class HelloKernel extends Kernel
{
  ...
  public function registerContainerConfiguration()
  {
    $loader = new ContainerLoader($this->getBundleDirs());
    $configuration = $loader->load(__DIR__.'/config/config_'.$this->getEnvironment().'.yml');
    return $configuration;
  }
  ...
}

C’est au niveau de cette méthode que nous allons intervenir dans un premier temps.

Modifier la classe d’un service

Dans notre premier exemple, nous allons tenter de modifier un service. En l’occurrence, le service représentant la requête, le bien nommé “RequestService”. Notre container (HelloProjectContainer.php) définit le service ainsi:

<?php
protected function getRequestService()
{
  if (isset($this->shared['request'])) return $this->shared['request'];
  $instance = new Symfony\Components\RequestHandler\Request();
  return $this->shared['request'] = $instance;
}

Pour modifier la classe utilisée pour ce service, rien de plus simple, il nous suffit de modifier la configuration du container. Nous allons simplement modifier la classe associée dans la définition de ce service de cette façon :

<?php
public function registerContainerConfiguration()
{
  $loader = new ContainerLoader($this->getBundleDirs());
  $configuration = $loader->load(__DIR__.'/config/config_'.$this->getEnvironment().'.yml');
  $configuration->getDefinition('request')->setClass('MaClasseRequest'); // Nous modifions la définition du service "request"
  return $configuration;
}

C’est fait ! Si on vide le cache et que l’on rappelle une url sur le projet, la définition de notre service dans le container ressemble maintenant à ça:

<?php
protected function getRequestService()
{
    if (isset($this->shared['request'])) return $this->shared['request'];
    $instance = new MaClasseRequest();
    return $this->shared['request'] = $instance;
}

Créer un service

Dans cette exemple, nous allons voir comment déclarer un nouveau service. Nous allons tenter de déclarer le service “Monservice”, utilisant la classe “Maclasse”, dépendante du service “logger” sur laquelle on appellera les méthodes init1() et init2() à qui on passera le paramètre “coucou”. Nous avions vu que le fichier config.yml déclarait les extensions à utiliser, mais c’est un fichier de configuration de Container comme un autre, nous pouvons donc y définir des services.

services:
  monservice:
    id: monservice
    class: Maclasse
    arguments:
     - @logger
    calls:
     - [init1, []]
      - [init2, ['coucou']]

C’est tout. Nous venons de déclarer un nouveau service dans notre application. Si nous jetons un oeil au Container généré:

<?php
protected function getMonserviceService()
{
    if (isset($this->shared['monservice'])) return $this->shared['monservice'];

    $instance = new Maclasse($this->getService('logger'));
    $instance->init1();
    $instance->init2('coucou');

    return $this->shared['monservice'] = $instance;
}

En conclusion

Comme vous avez pu le découvrir dans cet article, l’injecteur de dépendances de Symfony 2 est vraiment puissant. Nous pouvons customizer, tweaker, étendre le fonctionnement du coeur même du Framework par ce biais.

L’injection de dépendances ne devrait plus avoir de secrets pour vous !

PS: Merci à Xavier R pour sa relecture et ses remarques avisées.

Vincent BOUZERAN
Vincent BOUZERAN
Développeur Symfony - Expert certifié